Laboratoire du Changement Social et Politique


Enseignements Master


Les masters


Plateforme des savoirs critiques


Revues et collections


Liens externes


Dernières Parutions





Philosophie et économie


Calendrier actualisé

M2 Sociologie et philosophie politique
Etienne Tassin, Anders Fjeld, Brice Nocenti
Jeudis 09-11, salle 267

1. Présentation du cours

Les discours politiques actuels ont tendance à se présenter comme l’administration étatique des intérêts objectifs des Etats-nations, ces intérêts étant fondés sur les dynamiques du libre marché, déchiffrables par le savoir économique. L’économie fonctionne ainsi comme la légitimation d’une technocratie rigide qui surdétermine la distribution des possibilités et des impossibilités politiques : elle écarte d’avance tout conflit démocratique en installant la croyance au libre marché au cœur des dynamiques économiques de la société. Le cours cherchera à se demander d’où vient ce discours technocratique qui lie le destin de la société à l’objectivité de l’économie et qui évacue ainsi la pertinence politique de tout litige sur les fonctionnements de l’ordre social. L’hypothèse poursuivie est que l’économie moderne se construit comme une science au travers et en fonction d’éléments philosophiques et politiques qui la dépassent, la travaillent, tout en étant inséparables de l’idée même de l’économie moderne. Il s’agit d’étudier les fondements philosophiques de cette économie pour voir comment, au travers de considérations morales, politiques, métaphysiques et anthropologiques, elle se construit comme une science et non comme une question de simple gestion étatique. Les objectivations technocratiques de l’économie se configurent ainsi à l’intérieur d’un paysage éparpillé de conflits sur le sens et les buts de l’économie. Cette généalogie de l’économie moderne cherche donc à dénaturaliser son objectivité régnante et à la repositionner dans des discussions philosophiques et politiques.
Le cours est structuré en deux parties. Dans un premier temps nous lirons les classiques qui ont formé la pensée de l’économie politique. Dans un second temps nous nous concentrerons sur des discussions critiques sur l’économie politique aujourd’hui.

2 . Séances

1. Séance introductive (09/10)
- L’organisation du cours.
- Présentation thématique.

2. Libéralisme classique, la division du travail
Adam Smith, Recherche sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations, 1776.
http://classiques.uqac.ca/classiques/Smith_adam/richesse_des_nations/livre_1/richesse_des_nations_1.pdf
- Chapitres 1, 2 (16-24) et 5 (34-46).

3. Libéralisme classique, les relations de classe
Adam Smith, Recherche sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations, 1776.
http://classiques.uqac.ca/classiques/Smith_adam/richesse_des_nations/livre_1/richesse_des_nations_1.pdf
- Chapitres 6, (47-52) et 8 (61-77).

4. Malthus et le principe de population
Thomas Malthus, Essai sur le principe de population, 1798.
http://classiques.uqac.ca/classiques/maltus_thomas_robert/essais_population/principe_de_population.pdf
- Livre I, chapitres 1, 2 (8-17) et 13 (81-85).
* Facultatif : Livre I, chapitre 12 (74-80).

5. Marxisme, le prolétariat
Karl Marx et Friedrich Engels, Manifeste du Parti Communiste, 1848.
http://classiques.uqac.ca/classiques/Engels_Marx/manifeste_communiste/Manifeste_communiste.pdf
- Chapitres 1 et 2 (6-24).
* Facultatif : Karl Marx. Manuscrits de 1844. Premier manuscrit, Salaire [I-VII] (55-63), Travail aliéné et propriété privée [XXII-XXVII] (106-123), Propriété privée et communisme (140-157).

6. École néoclassique, pensée marginaliste
Stanley Jevons, L’économie politique, 1878.
http://classiques.uqac.ca/classiques/jevons_w_stanley/economie_politique/jevons_economie_politique.pdf
- Chapitres I, II (10-25), et XI (91-97)
- Paragraphes 44 (56-57) et 47-51 (61-66).

7. Politique néolibérale
Friedrich Hayek, La route de la servitude. Paris : Quadrige/PUF, 2010 [1944].
- Chapitres III (37-48) et VIII (109-126).
* Facultatif : Chapitre I (15-23) et V (63-78).

8. Keynésianisme
- Paulo Nakatani et Rémy Herrera. « Keynes et la crise. Hier et aujourd’hui ». Actuel Marx, 2013/1 n° 53, p. 153-168.
* Lecture conseillée : Extraits de John Maynard Keynes, La théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, 1936.

9. Généalogie critique du néolibéralisme
Michel Foucault. Naissance de la biopolitique. Paris : Seuil/Gallimard, 2004.
- Leçon du 14 février 1979 (135-155). Leçon du 14 mars 1979 (221-239).
* Facultatif : Leçon du 21 mars 1979 (245-265).
* Facultatif : Geoffroy de Lagasnerie. « Néolibéralisme, théorie politique et pensée critique ». Raisons politiques, 2013/4 N° 52, p. 63-76.

10. Néolibéralisme, pouvoir de classe et résistance
David Harvey. A brief history of neoliberalism. New York : Oxford University Press, 2005.
- Chapitres 1 (5-38) et 7 (183-206).
* Facultatif : Chapitre 3 (64-86).

11. Invitée : Marie Cuillerai
Marie Cuillerai. « Simulacre et institution. Des Leçons sur la Volonté de savoir de M. Foucault à La Monnaie vivante de P. Klossowski ». http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00924845

12. Néolibéralisme et démocratie
Wendy Brown. « Néo-libéralisme et fin de la démocratie ». Vacarme 29, automne 2004, pp. 86-93. http://www.vacarme.org/article1375.html
* Facultatif : Wendy Brown. « Le cauchemar américain : Le néoconservatisme, le néolibéralisme et la dé-démocratisation des États-Unis ». Raisons politiques, 2007/4 n° 28, p. 67-89.

3. Organisation du cours

L’organisation expérimentale de ce cours vise des discussions collectives, horizontales et ouvertes.

Pour chaque séance il y a un texte qui sert d’objet commun pour les discussions. Un-e étudiant-e présentera d’abord un commentaire sur le texte (à envoyer par mail 5 jours avant la séance). L’idée est de prendre position par rapport au texte, de l’interroger et le critiquer plutôt que de l’expliquer et le résumer. Un-e autre étudiant-e présente ensuite une évaluation critique du commentaire (à envoyer par mail 2 jours avant la séance), soit marquant son désaccord par rapport à la lecture proposée du texte, soit approfondissant des points d’intérêt, soit examinant des aspects du texte qui manquent dans le commentaire.

Après cette introduction, la discussion est lancée. La présidence de séance sera assumée par un-e étudiant-e différent-e pour chaque séance.

Pour chaque séance, un-e étudiant-e se charge de faire un compte rendu des discussions qui sera lue au début de la séance suivante, et brièvement discutée, pour assurer une continuité entre les séances. Ce compte rendu n’est pas un récit chronologique des discussions, mais une synthèse des questions et des arguments principaux.

Pour valider ce cours, chaque étudiant-e assumera donc quatre tâches différentes au cours des séances : un commentaire, une évaluation critique d’un commentaire, un compte rendu et une présidence de séance.

Toutes les tâches seront distribuées pendant la première séance. Afin de signifier explicitement "l’égalité des intelligences" au sens de Rancière, les enseignants prennent part à ces exercices au même titre que les étudiant-e-s.

4. Modalités d’évaluation :

- 50% commentaire
3-5 pages sur le texte de la séance, à envoyer par mail 5 jours avant la séance

Le commentaire n’est pas une présentation ou une explication du texte. Le commentaire interroge, critique, développe le texte, et pose des questions critiques. Il s’agit ainsi d’une prise de position, d’une problématisation, ou d’une réflexion à partir du texte qui ouvre le débat.

- 30% évaluation critique
2-3 pages sur le commentaire de la séance, à envoyer par mail 2 jours avant la séance

L’évaluation critique discute le commentaire par rapport au texte. Il peut s’agir d’un désaccord par rapport à la lecture proposée, ou d’une discussion de la prise de position du commentaire, ou d’un approfondissement de certains points manqués, ou d’un développement de certains points d’intérêts. L’évaluation critique donne ainsi un avis sur le commentaire par rapport au texte, pour donner plus de matière au débat à suivre.

- 20% compte rendu
1-2 pages, à lire pendant la séance suivante et à envoyer par mail ce jour

Le compte rendu n’est pas un récit chronologique des discussions, mais une analyse des questions, arguments et positions centraux des discussions, et qui les présente de manière concise et synthétique.

- Présidence de séance
Le/la président-e de séance distribue la parole et assure la continuité dans la discussion.
Si le besoin se fait sentir, il ou elle peut intervenir dans et organiser le débat en synthétisant les principaux points de discussion, en coupant une discussion pour en lancer une autre, ou en privilégiant certaines questions plutôt que d’autres ayant été proposées au cours de la discussion.

6. Fils de lecture :

Questions exégétiques :
- Quel est le projet politique proposé, ou quelle est la finalité de l’économie explicitement ou implicitement mobilisée ?
- Quel est le problème économique que l’auteur cherche à expliquer ? (innovation théorique)
- Quel est le problème politique/économique pour lequel l’auteur cherche à trouver un remède ? (position politique)
- Quelle est la spécificité du savoir économique, et quels sont ses présupposés philosophiques ?

Questions centrales :
- Le rôle de l’État et l’espace laissé au domaine politique
- La conception de l’existence humaine et les classes sociales
- La temporalité et l’histoire
- La notion d’intérêt ; la source et le rôle de la valeur ajoutée

Mentions légales | Espace privé